FAQ sur les aliments

Chaque jour, nous recevons de nombreuses questions sur l'alimentation adaptée aux chevaux ou sur notre gamme de produits. Dans notre FAQ sur les flux, nous reprenons les questions fréquemment posées et y répondons en détail. La collection s'enrichit constamment, c'est pourquoi il vaut la peine de s'y rendre souvent. Et si vous ne trouvez pas votre question ici, n'hésitez pas à nous contacter. Nous sommes impatients de vous entendre !

Élévage

Après une période d'occupation réussie, aucune augmentation de l'apport en nutriments n'est nécessaire avant la fin du 7e mois de grossesse. Une alimentation adaptée aux performances est suffisante.

À partir du 8e mois de gestation, le poulain se développe beaucoup dans l'utérus et à partir du 10e mois, il se développe très fortement. Le poulain et la jument ont maintenant besoin de beaucoup d'énergie, d'acides aminés essentiels, de suffisamment de sélénium, d'iode, de cuivre, de vitamines A et E. La ration de la jument doit maintenant être adaptée en conséquence.

Alimentation des chevaux en général

Un cheval mange environ 1,2 à 1,5 kg de foin ou de paille en une heure. On dit généralement qu'un cheval a besoin d'environ 40 à 50 minutes pour 1 kg de foin ou de paille. Cependant, il existe de grandes différences entre les différents animaux. Les chevaux ayant des problèmes de mastication peuvent prendre beaucoup plus de temps, tandis que les mangeurs rapides peuvent avoir mangé le kilo de foin en beaucoup moins de temps.

En fonction de la quantité de sueur estimée, les électrolytes doivent être remplacés. Si l'on ne perd que 1 à 3 litres de sueur, il ne faut que 4 à 11 g de sodium, 2 à 5 g de potassium et 6 à 17 g de chlorure. Ici, les électrolytes contenus dans le foin et les aliments minéraux ou la ration habituelle des berceaux sont suffisants. Seul le sodium devrait être complété par un coup de sel.

Pour un effort plus important avec 6 à 12 litres de sueur, il faut donner des quantités d'électrolytes considérablement plus élevées : 22 à 45 g de sodium, 10 à 20 g de potassium, 33 à 67 g de chlorure.
Le foin et la ration habituelle fournissent également une partie des électrolytes. Cependant, la seule lécher de sel ne suffit plus pour remplacer le sodium et le chlorure. Un produit bien équilibré, comme le marstal Elektrolyte et marstall l'ElectroDyl , permet de compenser rapidement et spécifiquement les pertes élevées.


En règle générale, 1,5 % du poids vif = 1,5 kg pour 100 kg de poids vif.

Un cheval de 600 kg a donc besoin de 1,5 kg x 6 = 9 kg de foin.

Il est préférable de répartir la quantité de foin sur 2, mieux 3 repas par jour. Lorsque l'on se nourrit d'un filet à foin ou du râtelier à foin, le temps passé à travailler et à manger est prolongé.
De nombreux chevaux peuvent aussi recevoir du foin à volonté, mais il faut ici surveiller le poids ou l'état de l'alimentation du cheval, car l'énergie contenue dans le foin est souvent sous-estimée.

Aliments complémentaires

En fonction de la quantité de sueur estimée, les électrolytes doivent être remplacés. Si l'on ne perd que 1 à 3 litres de sueur, il ne faut que 4 à 11 g de sodium, 2 à 5 g de potassium et 6 à 17 g de chlorure. Ici, les électrolytes contenus dans le foin et les aliments minéraux ou la ration habituelle des berceaux sont suffisants. Seul le sodium devrait être complété par un coup de sel.

Pour un effort plus important avec 6 à 12 litres de sueur, il faut donner des quantités d'électrolytes considérablement plus élevées : 22 à 45 g de sodium, 10 à 20 g de potassium, 33 à 67 g de chlorure.
Le foin et la ration habituelle fournissent également une partie des électrolytes. Cependant, la seule lécher de sel ne suffit plus pour remplacer le sodium et le chlorure. Un produit bien équilibré, comme le marstal Elektrolyte et marstall l'ElectroDyl , permet de compenser rapidement et spécifiquement les pertes élevées.


Chevaux de sport

En fonction de la quantité de sueur estimée, les électrolytes doivent être remplacés. Si l'on ne perd que 1 à 3 litres de sueur, il ne faut que 4 à 11 g de sodium, 2 à 5 g de potassium et 6 à 17 g de chlorure. Ici, les électrolytes contenus dans le foin et les aliments minéraux ou la ration habituelle des berceaux sont suffisants. Seul le sodium devrait être complété par un coup de sel.

Pour un effort plus important avec 6 à 12 litres de sueur, il faut donner des quantités d'électrolytes considérablement plus élevées : 22 à 45 g de sodium, 10 à 20 g de potassium, 33 à 67 g de chlorure.
Le foin et la ration habituelle fournissent également une partie des électrolytes. Cependant, la seule lécher de sel ne suffit plus pour remplacer le sodium et le chlorure. Un produit bien équilibré, comme le marstal Elektrolyte et marstall l'ElectroDyl , permet de compenser rapidement et spécifiquement les pertes élevées.


Santé

C'est exact. Selon les connaissances scientifiques actuelles, la fourbure n'est pas causée par des protéines, mais par des sucres et des fructanes (sucres à longue chaîne) facilement disponibles dans l'herbe. L'hormone insuline, qui régule le taux de sucre dans le sang, joue un rôle décisif dans ce processus.

À titre préventif, les chevaux peuvent être soutenus de manière raisonnable par une "poignée" d'aliments à base de plantes. Les chevaux respirent déjà les vapeurs éthérées en mangeant.

Si le cheval tousse, une forte charge de poussière, un fourrage grossier poussiéreux, de la litière ou de l'avoine contaminés par des champignons, ainsi que des rhumes et des infections peuvent en être la cause. Un vétérinaire doit toujours être consulté, entre autres parce que les problèmes à long terme peuvent devenir chroniques.


Nous recommandons aux chevaux qui toussent ou qui ont les voies respiratoires sensibles ...

... un foin peu poussiéreux, si possible lavé, ou bien des épis de prairie trempés ou un ensilage parfait
... si possible une litière peu poussiéreuse comme de la paille de très bonne qualité ou autrement des copeaux.
... si l'avoine est nourrie, veiller à ce que la qualité des aliments soit faible en poussière et propre.
... Des antioxydants tels que la vitamine C, E et le sélénium ainsi qu'une alimentation en zinc et en vitamine D selon les besoins.
... des substances anti-inflammatoires comme le MSM.
... Des herbes pour soutenir la fonction respiratoire.
... Beaucoup d'air frais, si possible une boîte extérieure si elle est stable.

En fonction de la quantité de sueur estimée, les électrolytes doivent être remplacés. Si l'on ne perd que 1 à 3 litres de sueur, il ne faut que 4 à 11 g de sodium, 2 à 5 g de potassium et 6 à 17 g de chlorure. Ici, les électrolytes contenus dans le foin et les aliments minéraux ou la ration habituelle des berceaux sont suffisants. Seul le sodium devrait être complété par un coup de sel.

Pour un effort plus important avec 6 à 12 litres de sueur, il faut donner des quantités d'électrolytes considérablement plus élevées : 22 à 45 g de sodium, 10 à 20 g de potassium, 33 à 67 g de chlorure.
Le foin et la ration habituelle fournissent également une partie des électrolytes. Cependant, la seule lécher de sel ne suffit plus pour remplacer le sodium et le chlorure. Un produit bien équilibré, comme le marstal Elektrolyte et marstall l'ElectroDyl , permet de compenser rapidement et spécifiquement les pertes élevées.


Prés et pâturages

S'il y a suffisamment d'herbe dans les prés, un aliment minéral est suffisant. Une supplémentation en vitamines ou en acides aminés n'est pas nécessaire.

Si l'herbe est rare (pâturage pour activité), il faut ajouter du foin et un aliment minéral qui contient également des vitamines. Assurez-vous que vous prenez également des suppléments d'acides aminés en quantité suffisante.

Les bactéries intestinales ne passent pas brusquement à la nouvelle alimentation, il est donc important que les chevaux s'y habituent lentement. Ceci est particulièrement important pour les chevaux sensibles aux coliques ou les chevaux ayant une tendance à la fourbure. Cela signifie qu'il faut commencer avec 5 minutes d'alimentation en herbe 1 à 2 semaines avant le pâturage et augmenter la durée chaque jour.

Fourrage grossier

Un cheval mange environ 1,2 à 1,5 kg de foin ou de paille en une heure. On dit généralement qu'un cheval a besoin d'environ 40 à 50 minutes pour 1 kg de foin ou de paille. Cependant, il existe de grandes différences entre les différents animaux. Les chevaux ayant des problèmes de mastication peuvent prendre beaucoup plus de temps, tandis que les mangeurs rapides peuvent avoir mangé le kilo de foin en beaucoup moins de temps.

En règle générale, 1,5 % du poids vif = 1,5 kg pour 100 kg de poids vif.

Un cheval de 600 kg a donc besoin de 1,5 kg x 6 = 9 kg de foin.

Il est préférable de répartir la quantité de foin sur 2, mieux 3 repas par jour. Lorsque l'on se nourrit d'un filet à foin ou du râtelier à foin, le temps passé à travailler et à manger est prolongé.
De nombreux chevaux peuvent aussi recevoir du foin à volonté, mais il faut ici surveiller le poids ou l'état de l'alimentation du cheval, car l'énergie contenue dans le foin est souvent sous-estimée.

Questions? Questions?
vers le haut